Alerte, enfants en protection

Photo de August de Richelieu sur Pexels.com

Les derniers chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon les dernières nouvelles, un record vient d’être atteint à Montréal concernant la protection des enfants. Ils seraient autour de 500 en attente d’évaluation pour définir la protection dont ces enfants ont besoin. Les signalements se multiplient pour différentes raisons, souvent à cause de la négligence et de la malveillance, mais aussi pour des abus physiques ou des sévices sexuels. Ces enfants pris au piège ne peuvent pas attendre et, plus le temps passe plus le risque s’accroit. On ne peut plus attendre, il faut relancer le principe de l’Agir tôt avec les bons moyens et les bonnes personnes.

Malgré les grands principes, les belles théories et les slogans percutants, la situation se détériore et on ne sait pas encore quelles mesures seront prises pour changer la donne. Bien sûr, il y a la pandémie, le manque de ressources et l’épuisement des intervenants. On n’y échappe pas, mais le bateau coule.

Il ne reste qu’à innover, mais les barrières sont grandes dans ce monde fermé et protégé par la loi qui donne à la DPJ le mandat exclusif de la protection des enfants. L’innovation ne sera possible que lorsqu’on laissera le reste du monde s’impliquer pour protéger leurs enfants et plus particulièrement avec l’apport des ressources de proximité, soit là où vivent les enfants. Les ressources intersectorielles locales et le milieu communautaire de même que les Centres de pédiatrie sociale en communauté ont un rôle à jouer et ils sont prêts à le jouer pour supporter l’application de la loi. Encore faut-il leur faire confiance et les autoriser à agir en complémentarité pour le bien-être et la protection des enfants.

Nous caressons ce vieux rêve d’être fiers de nos enfants, mais encore faut-il les protéger adéquatement et faire en sorte que cette « machine de l’État » puisse enfin lâcher prise pour donner la place à la communauté, mieux outillée et mieux financée. Nous sommes prêts à nous mettre à la tâche et nous l’avons signifié plusieurs fois sur les plans politique et institutionnel, mais la machine manque sévèrement de souplesse dès qu’on propose des solutions qui marchent déjà. Ce n’est que par des actes concrets, l’innovation et l’esprit ouvert vers d’autres manières de faire que l’on pourra réussir nos enfants.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.