Les enfants fâchés de la 2e vague

La deuxième vague bat son plein et on ne fait que commencer à apaiser les souffrances qu’a provoqué la première vague sur les enfants. Ils on dû se confiner, s’isoler et ils en ont profité pour se construire des idées de catastrophes et de craintes de toute nature. Ils ont connu l’incertitude, comme nous, avec son lot d’ambiguïtés et de démesures occasionnées par un virus invisible et sournois. Ils ont surtout perdu, comme nous encore, des repères essentiels et des libertés rassurantes. Rien n’était plus comme avant. Pas d’école, pas de sports, pas d’amis, il ne restait que la télé, les écrans, la bouffe et le pot pour certains enfermés à la maison.

Pendant l’entre-vague, on a pu constater en clinique les dommages de cette première vague. Plusieurs enfants on vécu une période sombre, peu stimulante et surtout très démotivante. Le périodes d’anxiété toxique se sont multipliées, le climat familial s’est détérioré malgré une plus grande disponibilité des parents, eux-mêmes aux prises avec des périodes de désespoir et de découragements. Des éléments dépressifs sont apparus sournoisement chez plusieurs d’entre eux. L’activité physique si rassurante en temps normal, fut quasi absente de leur vie. Les activités de confort, par contre, elles, se sont accrues, manger plus que d’habitude, dormir tard et être exposés de façon démesurée aux écrans de toutes sortes. Le manque de filets de sécurité dû à la non fréquentation de la garderie ou de l’école a clairement eu comme conséquence d’augmenter la négligence et les abus d’enfants.

Heureusement, pendant les derniers mois, l’ouverture des écoles et des milieux de garde et un certain relâchement pendant l’été, on a observé une certaine forme d’espoir, les enfants ont retrouvé un peu de joie de vivre et la possibilité de se retrouver avec quelques amis. On a senti la vapeur se décimer quelque peu et une nouvelle énergie se répandre. Puis la nouvelle vague est arrivée et tout est compromis, surtout la santé des enfants les plus vulnérables.

«Comme enfant, je suis fâché et j’essaie de comprendre. Aujourd’hui on parle de refermer les écoles, de limiter de nouveau nos contacts sociaux et familiaux pour sauver l’Halloween et les Fêtes de Noël. Pourtant, la majorité d’entre nous ont fait ce qu’il faut pour se protéger et protéger nos familles. Il y a des limites à ce qu’on peut exiger de nous en nous imposant de mettre de côté tout ce qui compte pour nous. Nous avons l’impression d’être considérés comme les grands responsables des malheurs qui frappent le monde, alors que nous en sommes de grandes victimes. Vous les adultes, par vos excès et votre insouciance, avez omis de protéger la terre, vous avez créé des conditions favorisant d’inquiétants changements climatiques et laissé place à l’émergence de nouvelles maladies et d’importantes catastrophes naturelles. C’est à vous de faire votre part et de nous laisser vivre en paix pour qu’on puisse assumer la suite des choses et la réparation de vos dégâts, en espérant qu’il ne soit pas trop tard. Pensez à nos besoins et à nos droits pendant qu’il est encore temps.»

Photo de Dazzle Jam sur Pexels.com

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.