Peux-t-encore rêver?

Malgré des inégalités sociales qui se multiplient et des misères qui s’amplifient chez plusieurs enfants, et en présence d’une pandémie qui n’en finit plus et dans un monde à deux vitesses, existe-t-il encore la possibilité de rêver à un monde meilleur et à une plus grande égalité des chances pour tous?

Nous vivons dans un moment de l’Histoire où le chacun pour soi va de pair avec un scandaleux partage de la richesse, les plus pauvres devenant plus pauvres et les plus riches de plus en plus riches. La pandémie actuelle contribue largement à intensifier ce phénomène des plus inquiétant. La distanciation sociale et le «masquage» par exemples sont devenues une norme acceptable mais temporaire en situation d’urgence mais comme le pensent certaines personnes, ils risquent de durer bien après la pandémie. Cette perte subite et prolongée d’identité et de liens sociaux à visage caché, pourrait persister et devenir une perte majeure de liberté et une occasion en or pour du contrôle de masse.

On ne croise plus notre voisinage et même nos proches, c’est défendu; on ne peux plus voir la douleur dans le visage des personnes, c’est caché, on se précipite sur les papiers hygiéniques de peur d’en manquer et on se terre dans nos maisons car c’est une forte recommandation des autorités. Nos jeunes ne peuvent plus faire de sport d’équipe pourtant fondamental pour plusieurs d’entre eux pour leur équilibre de vie, mais ceux qui en ont les moyens peuvent faire du tennis ou du golf ou du ski à volonté. De petites pertes ou des anecdotes selon certains, mais on oublie vite que ces situations banales en soi, cachent des risques sociétaux beaucoup plus importants.

Quand on est confiné dans le confort, tout cela reste un peu abstrait; quand on ne manque pas d’espace, de plein air et de nourriture, on peut s’y faire en pensant qu’on est un peu en vacances. Quand on vit dans de petits espaces au troisième étage d’un logement insalubre avec trois ou quatre enfants en bas âge plus un ado, cela devient vite invivable pour toute la famille. Le désespoir, la violence, la démotivation se mettent vite en place avec son lot de désespoir, de détresse et d’anxiété de toutes sortes. Le pire c’est qu’on devient vite invisibles pour le reste de la société plus privilégiée. Quand on devient invisible, on n’existe plus et seule l’instinct de survie nous permet de continuer ou de disparaître dans l’anonymat le plus désolant.

Photo de Anna Shvets sur Pexels.com

J’écris ce texte non pas pour faire peur mais plutôt pour susciter l’espoir et la vigilance de chacun d’entre nous, parce que je continue à y croire malgré tout. La pandémie aura une fin dans quelques mois j’espère. D’ici là, il faut rester prudents et suivre les règles logiques. Par contre on ne peut pas cesser de voir nos proches, nous avons besoin d’eux et ils ont besoin de nous. Cela peut se faire avec intelligence et vigilance en évitant les excès. Les jeunes doivent aller à l’école, jouer avec leurs amis et faire du sport ensemble avec les règles de sécurité déjà mises en place, cela devrait être intouchable si on veut assurer leur bien être global.

Finalement, il nous faut à tout pris conserver et alimenter nos valeurs les plus fortes. La bienveillance qui nous invite à aider de toutes les façons possibles ceux qui ne sont pas aussi chanceux que nous. L’empathie, qui nous permet de rester sensibles à ceux qui souffrent et de ne pas se fermer les yeux sur la misère humaine et la valeur des enfants. L’équité sociale et la compassion qui sont des moteurs d’une société saine et respectueuse des droits de la personne. Dans ce contexte, il est plus facile de conserver l’espoir et de rêver à un monde toujours meilleur quelque soient les pandémies ou les grandes catastrophes naturelles que nous devrons affronter dans le futur.

Cessons donc de vivre dans la peur et chérissons l’espoir et la résilience de l’intelligence humaine.

Photo de Brett Sayles sur Pexels.com

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.